Baromètre des juristes d’entreprise 2017 : une profession en pleine expansion

Présentation des résultats du baromètres des juristes d'entreprise

 

Ce matin, l’AFJE, le Cercle Montesquieu, Legal Suite et l’Ecole de droit et management de Paris II, en collaboration avec l’institut IPSOS, dévoilaient le baromètre des juristes d’entreprise 2017. Après une première étude du métier en 2010, cette nouvelle édition propose une vision actualisée, tout secteur confondu, de ce métier en constante mutation.

Baromètre : Zoom sur le métier de juriste d’entreprise

En 2017, la France compte près de 17 000 juristes d’entreprise. Alors que l’emploi en France progresse de 2,7 %, la profession a, pour sa part, bondi de 7 % par rapport à 2010. 97 % des entreprises de 5 000 salariés et plus affirment avoir au moins un juriste dans leurs effectifs, la moyenne étant de 38 par entreprise. Par ailleurs, sur les 900 sociétés interrogées, 17 % déclarent avoir un ou plusieurs juristes au sein de leurs équipes, soit 2 % de plus qu’en 2010. Pour Nicolas Guérin, président du Cercle Montesquieu, « La progression très significative du nombre de juristes d’entreprise démontre la place de plus en plus stratégique du droit dans l’entreprise. »

Un métier en pleine mutation

Le baromètre témoigne d’une reconnaissance accrue de la fonction. En effet, près de 60 % des directions juridiques sont directement rattachées à la direction générale. « Les directions juridiques sont unanimes : notre métier connaît une profonde transformation. Au cœur de leurs réflexions, nous retrouvons naturellement la transformation digitale » commente Stéphanie Fougou, Présidente de l’AFJE.

Ainsi, à la question « Considérez-vous que la digitalisation aura un impact durable sur l’exercice du métier de juriste d’entreprise ? », ils sont 88 % à répondre oui. « En dépit de cette affirmation, seuls 30 % expriment leurs besoins d’outils tels que des logiciels ou applications de gestion juridique, ce qui montre bien que notre métier n’en est qu’aux prémices de sa transformation digitale. », souligne Patrick Deleau, Président-Fondateur de Legal Suite. Par ailleurs, l’attente en matière de e-learning a largement progressé puisque 30 % des juristes interrogés souhaitent en bénéficier contre seulement 16 % en 2010.

L’absence de confidentialité, frein à la croissance des entreprises

L’étude démontre que les juristes d’entreprise ont tout à fait conscience que l’absence de confidentialité des avis qu’ils rendent impacte l’entreprise dans son développement. Ainsi, 73 % d’entre eux considèrent que cette lacune pénalise la sécurité juridique des entreprises, et donc sa compétitivité, et affecte l’attractivité de la France comme place de droit. 

Découvrir l’infographie

En savoir plus sur l’AFJE

En savoir plus sur le Cercle Montesquieu

En savoir plus sur l’Ecole de droit et management de Paris II